CSN-bandeau-lycee-05.jpg

Actualités du lycée

Ce vendredi 17 octobre clôture la deuxième opération Boîte de Noël au lycée. Se sont les élèves de 2de6 et de 1ere STMG qui ont lancé l'opération avec leurs enseignantes. Ils ont été rejoints par d'autres élèves du lycée pour décorer les boîtes cadeaux lors d'ateliers entre 12h et 14h.

"Un truc chaud, un truc bon, un loisir, un produit de beauté et un mot doux"

Cette année notre action a privilégié neuf jeunes isolés de 15 à 17 ans en France.

Nous avons réuni 55 boîtes qui seront partagées entre ces jeunes et les plus démunis de la plaine de Nay, que l'épicerie sociale de Coarraze se chargera de distribuer.

Cet élan de solidarité se termine le 17 décembre par un échange entre trois de ces jeunes Sekou, Mamadoudouri et Gaoussou, leurs éducatrices et les deux classes investies dans le projet.

Après la 3eme, poursuivre ses études en Nouvelle-Aquitaine.

(accès en ligne)

Cet outil réalisé par l'ONISEP, est un outil indispensable à la réalisation du parcours d'orientation de l'élève. Il sera d'une grande aide pour les élèves et les familles.

Le CDI du lycée propose également de nombreuses ressources en Orientation et un accès à Kiosque ONISEP en ligne (les codes sont disponibles auprès de la professeure documentaliste et des professeurs principaux).

 

 

Ce mercredi, les agents de la cité scolaire et les personnels administratifs volontaires ont pu échanger avec Monsieur Bourumeau, professeur de mathématiques et d'informatique, sur les menaces auxquelles l'humanité est pour la première fois confrontée.
Dérèglement climatique, perte de biodiversité, contrainte énergétique : quels sont les faits vérifiables ? Quels scénarios sont proposés par les scientifiques ?
Il leur a fallu beaucoup de courage pour encaisser ces nouvelles peu débattues dans le paysage médiatique.
 
Et donc, après ce constat, quoi faire ?
 
De nombreuses pistes sont proposées : des petits gestes du quotidien aux changements de paradigmes à larges échelles ; des actions au sein de la cité scolaire aux actions internationales.
Mais les premières de toutes : débattre, échanger, se documenter, proposer.
 
Les agents et les personnels administratifs sont déjà force de propositions réalistes.
 
Aujourd'hui, un programme encore très chargé au club "écologie & résilience" !
 
Nous avons parlé sociologie avec la "pyramide des besoins de Maslow". Cette "théorie de la motivation", bien que simpliste, apporte un éclairage sur la manière dont nous choisissons nos actions, en particulier, en priorisant instinctivement nos besoins.
 
Nous avons fait un peu d'anatomie et de chimie à travers une partie du cerveau : le striatum. Cet organe ancien participe à la motivation et au plaisir, et libère notre tant recherchée baudelairienne Dopamine.
Nous l'avons appliqué à nos comportements dans une "société de l'abondance", aveugle aux limites, ce qui a permis de mettre en perspective pourquoi certaines actions étaient plus faciles que d'autres, mais quelles conséquences dramatiques elles pouvaient avoir sur notre santé et notre environnement.
Cela explique aussi certaines dissonances cognitives et comment, hormonalement, cela se traduit : les quoireziennes Cortisol et Noradrenaline.
 
Pour finir, comme d'habitude après l'exposé et la compréhension d'un problème, des pistes de solutions que chacun doit s'approprier et développer.
Le sujet est vaste, riche, à approfondir, mais comme à chaque fois, c'est le début d'un débat qui enrichit toutes les parties.
 
 
Pour la dernière séance de cette année 2020 qui restera dans les mémoires comme une des plus chaudes jamais observées, comme une année où les accords internationaux sur le climat ne sont toujours pas respectés, comme une année où le vivant continue d'être pillé/exterminé/pollué, le club écologie a voulu finir une note optimiste.
 
Certains écosystèmes sont définitivement perdus, à jamais.
Les insectes disparaissent, ainsi que leurs services rendus. Les vertébrés déclinent partout sur la planète à cause des activités humaines. Les forêts sont rasées à une vitesse alarmante. Quant aux océans...
 
Mais si un écosystème n'est pas trop dégradé, il est possible de le restaurer. Souvent, "cela ne coûte rien", à part peut-être de ne rien faire, de le laisser tranquille !
La complexité de la nature est à la fois sa plus grande force de résilience, mais aussi le plus grand frein à l'action (l'Homme met du temps à comprendre les conséquences de ses actes).
 
Le cas de la restauration du parc du Yellowstone (un parc plus grand que les Pyrénées-Atlantiques !) est l'objet de ce document. C'est fascinant !
 
Prochaine séance, le premier jeudi de 2021 ! (CDI, 12h)

Télécharger la présentation
 
Aujourd'hui, au club écologie & résilience, on a parlé des mouvements de la jeunesse à travers le monde, et en France. Des lycées aux premiers emplois, en passant par les écoles du supérieur, de très nombreux collectifs se construisent, et se veulent acteurs pour construire le monde qu'ils souhaitent : un monde conscient des contraintes énergie/climat, et monde où chacun aura la place qu'il décidera de prendre, un monde respectueux de l'environnement dans lequel nous vivons, un monde pérenne.
 
Dans le diaporama illustratif, il est question de politique, d'action, mais aussi d'orientation scolaire. Il contient aussi des liens vers quelques vidéos ou site web pour approfondir la question.
 
Si toi aussi, tu veux dessiner en concret ton avenir, rejoins-nous !
jeudi 12h-13h, salle média du CDI
 
 

 

Dans le cas de la crise sanitaire que traverse la France, les décisions politiques sont en partie motivées par des simulation numériques de la propagation possible de l'épidémie.
 
Deux avertissements :
/!\ Ce qui est présenté est UN modèle, et comme tous les modèles, il faut l'interroger. En particulier, ses limites et simplifications sont exposées.
 
/!\ un modèle NE PEUT JAMAIS SERVIR DE JUSTIFICATION à une décision politique. En particulier parce qu'une décision politique se base sur des choix arbitraires (quels secteurs de l'économie conserve-t-on ? combien de décès tolère-t-on ? etc.). Un modèle, aussi précis soit-il, n'est jamais un blanc-seing pour un gouvernement.
 
Résumé de la conférence :
Après une rapide contextualisation, on présente une modélisation presque vielle d'un siècle, mais facilement opérable aujourd'hui avec les moyens de calcul disponibles.
On l'applique au "système population française" pour essayer de prédire comment une épidémie peut se répandre à travers elle.
Le modèle SIR est le plus simple de tous les modèles, mais malheureusement trop simple pour être réaliste.
Le modèle est alors affiné, et une implémentation Python permet de produire des représentations graphiques interprétables pour différents scénarios (immunité acquise, ou pas ? confinement, ou pas ? vaccin, ou pas ?)
 
Enfin, une ouverture est faite sur des systèmes dynamiques encore plus complexes comme le "système climat", et le "système monde".

Jeudi 16 janvier 2020 a eu lieu la Journée « filles et maths : une équation lumineuse » à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour à l’initiative du Laboratoire de Mathématiques et de leurs Applications.

Cette journée a pour but d’encourager les lycéennes à s’engager dans des études scientifiques et techniques. Il s’agit, à travers différents ateliers (conférence, théâtre forum, groupe de discussion, rencontres informelles avec des femmes qui les ont précédées ...), de leur montrer la richesse des métiers sur lesquels débouchent les études scientifiques mais aussi les différents obstacles à l’accès des femmes à ces domaines (préjuges et stéréotypes, problèmes institutionnels...).

Durant cette journée, 7 élèves de seconde ont pu découvrir un établissement d’enseignement supérieur, suivre une conférence de mathématiques donnée par une chercheuse, participer à un atelier sur les stéréotypes en sciences, rencontrer des femmes travaillant en lien avec les mathématiques et intervenir dans une pièce de théâtre-forum interactive qui met en scène une lycéenne à l’heure des choix d’orientation. 

Lire la suite : Filles et Maths à l'UPPA